Location de votre résidence principale : quelle est la fiscalité ?

Location de sa résidence principale

Lorsqu’on se lance dans la location saisonnière, que ce soit de son côté ou par le biais d’une plateforme en ligne, il est nécessaire de déclarer les revenus.

Pour faire rapide : dans tous les cas, si vous avez eu des revenus, quels qu’ils soient, vous devez le dire aux impôts !

Où déclarer vos revenus de location ?

Chaque année, avec votre déclaration d’impôts, vous devrez ajouter les revenus perçus dans le cadre de la location de votre résidence principale. Cela comprend :

  • La somme des revenus de la location
  • La somme des frais de ménage appliqués aux locations

Ensuite, vous n’aurez qu’à faire la somme et la reporter sur votre déclaration fiscale.

Vous ne l’avez pas fait au bon endroit ? Vous pourrez corriger le tout en complétant la déclaration complémentaire d’impôt sur le revenu (N° 2042 C Pro, à partir de la ligne 5).

Une fois le résultat de ces revenus connus, vous pourrez alors savoir sur quel montant vous serez imposés.

J’ai gagné moins de 72 600€ grâce à mes locations, cette année.

Il existe deux types de régimes fiscaux : “Micro BIC” ou “Réel”. En fonction de vos revenus, il sera plus ou moins intéressant de choisir l’un plutôt que l’autre.

Avec des revenus faibles ou moyens, le micro BIC est souvent plus intéressant. En effet, en portant vos données sur votre déclaration d’impôts, vous serez imposable sur 50% de vos gains, et cela en fonction de votre barème.

Petite info intéressante : l’abattement minimal est de 305 €. Donc, si vos revenus sont inférieurs à ce montant, vous n’aurez rien à payer ! Au-delà de 305 € de loyers perçus, vous paierez les prélèvements sociaux et/ou impôt (en fonction de votre régime, expliqué plus bas), systématiquement.

J’ai gagné plus de 72 600€ cette année, grâce à mes locations.

Avec des revenus élevés, et notamment si vous proposez votre bien à la location de manière très régulière dans une zone touristique, il sera peut-être plus intéressant de déclarer au réel les revenus. Cela sera plus complexe car il faudra faire une déclaration professionnelle et déduire les charges avec le montant exact.

Mais cela permettra aussi de payer vos impôts de manière plus adaptée.

D’autres subtilités existent, comme la facturation de la TVA.

N’hésitez pas à vous rapprocher d’un expert-comptable ou de la chambre de commerce et d’industrie. Ces dernières pourront vous accompagner dans ce domaine.

Pour résumer

“Micro BIC” Plus adapté aux particuliers qui louent de temps en tempsJe déclare mes revenus de la location Je suis imposé au barème de l’impôt sur le revenu, sur 50 % de mes recettes.
“Réel” Plus adapté aux professionnels qui louent à plein tempsJe reporte mes revenus de la location sur ma déclaration professionnelle (n° 2031-SD) Je peux aussi déduire les charges (montant exact)   Note : Si les recettes dépassent la somme de 85 800€, je facture la TVA

Encore des doutes ou des questions ? Le gouvernement propose une fiche récapitulative très bien faite pour vous aider à mieux comprendre les subtilités de cette fiscalité. Vous pouvez la retrouver ici: (https://www.impots.gouv.fr/sites/default/files/media/1_metier/1_particulier/EV/1_declarer/141_autres_revenus/eco-collabo-fiscal-logement-meuble.pdf)

ARTICLE À LIRE >> Les Démarches Administratives Pour Louer Son Bien En Courte Durée <<

>> Créer sa première annonce sur Airbnb <<

0 commentaires